HENRARD Agnès, Dans la beauté je marcherai (Amay : L’arbre à paroles, 2011)

10,00 TVAC

Gens de mémoire et de bonne volonté ne pourront oublier Jacques Henrard, homme de théâtre et romancier, mais aussi critique attentif et discret de l’oeuvre d’autrui en littérature ou en peinture. Poétesse sensible et délicate, par ailleurs animatrice à la Maison de la poésie d’Amay, Agnès, la fille de Jacques, lui rend hommage dans une émouvante et pudique mise en quarantaine : “Quarante jours de traversée. Désert étreint, apprivoisé. Entre soif et chagrin, apprendre à reconnaître en soi où le soleil se lève, et où trouver ta voix.

Catégorie :

Description

“Agnès Henrard est une poète rare. On attend ses recueils, on les espère. On n’est jamais déçu. Le dernier en date, Dans la beauté je marcherai, est aussi rare qu’intense. Le lecteur vibre à chaque page, dont le blanc, prégnant silence, est nécessaire à la respiration après le souffle puissant de chaque poème – parfois trois, parfois deux, parfois une seule ligne. Puissant est, sous ma plume, un mot maladroit : il y a tant de douceur, de tendresse, d’amour dans ce que seule la mise en page autorise à nommer prose. Poésie profonde, exaltante au sens étymologique du terme : qui nous ravit et nous élève. La mort est envol, lumière cosmique. Les deux textes en exergue nous ont avertis : les Indiens d’Amérique y chantent l’amour de la terre-mère – qu’Agnès Henrard appelle grand-mère (comme dans la mythologie balte, le sait-elle ?) et l’amour du soleil, ici grand-père (selon le sexe masculin de cet astre dans nos langues gréco-latines). Le second texte liminaire est une courte prière bouddhiste, qui chante l’amour, la joie devant la beauté du monde. L’occasion de cet ouvrage lumineux est la mort du père : Tu es attendu. Celui qui te tient dans ses ailes sait où il te déposera. La mère assiste au grand départ : Et elle, à tes côtés, la douce amoureuse, l’éternelle fiancée, la généreuse, la toute ouverte, la plus vive de ton jardin. En frontispice, dû à Cécile Vandresse, un beau dessin au crayon dont on ne sait s’il représente une montagne lâchant un cours d’eau comme à la section d’or ou si l’on y voit une tête renversée sur l’oreiller de l’agonie. Ces quarante et une pages, nous les lisons et relisons, tout emplis de gratitude envers l’auteure qui, à contre-courant, reléguant après l’horizon la violente cruauté de notre monde, réhabilite au mieux la beauté. C’est cela aussi, l’engagement du poète envers ses frères humains.”

Rose-Marie François

Informations complémentaires

ISBN

2-930219-65-3

Parution

2002

Pages

46 pages

wallonica.org

https://wallonica.org/blog/2021/05/22/henrard-agnes-nee-en-1959/

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “HENRARD Agnès, Dans la beauté je marcherai (Amay : L’arbre à paroles, 2011)”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code